PLUS

    Fils temporaires : à quoi s’attendre ?

    Avant de traiter la durabilité des fils temporaires, il est important d’étudier les différents types de fils, leurs avantages et leurs inconvénients. Fils tressés ou torsadés, fabriqués avec un mix de brins en fibres et/ou plastique + des conducteurs en inox et/ou en cuivre…

    • Avantages :
      Facile à rembobiner, léger et pratique.
    • Inconvénients : 
      Durabilité, allongement.
    • Préconisations d’utilisation : 
      Pour utiliser avec un enrouleur ou pour les subdivisions.

    Le défi
    C’est en réalité assez compliqué de fabriquer des fils temporaires de bonne qualité, mais plusieurs indications peuvent vous donner une idée générale de la qualité du fil, car il existe des centaines de fils temporaires disponibles sur le marché, du très bon au médiocre.

    Les fils électroplastiques, synthétiques, en nylon ou Polywire font l’objet de plusieurs défis techniques :

    1. Le point de rupture/la garantie UV
      Il est important que le fil ait un point de rupture assez élevé. La réalité est que les brins en plastique/inox/cuivre sont très petits ! Ils mesurent 0,10 mm pour les plus petits à 0,30 mm pour les plus gros. De ce fait, le plastique ainsi que les conducteurs doivent être de la meilleure qualité possible et doivent donc être traités contre les UV. Très souvent, le point de rupture du fil est une indication de la qualité des éléments dans le fil (qualité des composants en plastique, cuivre et inox). Si vous achetez un fil avec un faible point de rupture, l’enroulage et le déroulage fréquents du fil, associés aux UV et au vent, useront le fil et il se cassera au bout de quelques mois. Il est donc important de regarder la garantie anti-UV fournie par le fabricant et la résistance à la traction du fil.
    2. La conductivité 
      Il fut un temps où il était compliqué de fabriquer des fils temporaires avec une bonne conductivité. Pourquoi ? Les électrons naviguent sur le contour du fil car les petits fils inox sont très peu conducteurs. Autre problème : les différents métaux utilisés ont des conductivités différentes. L’inox est très peu conducteur (moins conducteur que l’acier galvanisé, par exemple), en revanche il présente une forte résistance à la traction. Le cuivre est extrêmement conducteur (environ 20 fois plus que l’inox), mais il a un point de rupture très faible.
      Depuis une quinzaine d’années, le processus de fabrication des conducteurs est beaucoup mieux maîtrisé et il est possible de mélanger du cuivre avec des conducteurs inox. Quant à la solidité, nous sommes aujourd’hui capables de fabriquer des conducteurs en inox et en cuivre de 0,30 mm pour un point de rupture de 820 kg (soit plus du double que pour un fil HighTensile 1,8 mm). Plutôt impressionnant !
      Le couplage de l’inox et du cuivre donne la possibilité de fabriquer des fils électroplastiques extrêmement conducteurs, toutefois ils sont plus chers.
    3. Tressé ou torsadé
      La première différence entre le fil torsadé et le fil tressé est leur capacité à garder leur forme initiale. Pour le constater, il vous suffit de prendre du fil torsadé ainsi que du fil tressé et de travailler un peu leurs extrémités. Le fil torsadé se défait rapidement, alors que le fil tressé reste intact. La deuxième différence concerne leur mémoire physique de l’enroulement/déroulement. Le fil tressé est plus rigide grâce au tressage, il reste donc droit et tendu. Le fil torsadé a tendance à faire des spirales, des boucles, et donc des nœuds, quand on enroule/déroule les fils. Enfin, leur résistance à la traction n’est pas la même : le tressage permet d’obtenir un fil plus solide.
      Pour une utilisation dans un enrouleur, le fil tressé est recommandé.

      A gauche, fil tressé Polypower SS9. A droite, fil torsadé.
    4. La qualité du tressage
      Il n’y a malheureusement pas de solution clé en main pour les fabricants quant à l’usinage des fils. Ils fabriquent leurs propres machines de tressage, d’une qualité variable. Certains fils dits « tressés » sont en réalité plus proches d’un fil torsadé. Il n’existe pas de qualification de la qualité du tressage sur les étiquettes de produits. Néanmoins, si vous avez une variété de fils de différents fabricants et que vous les regardez de près, vous verrez rapidement une différence entre les marques/fabricants.

    Conclusion

    Même si la qualité des fils temporaires a bien évolué ces dernières années, il reste impossible de fournir une garantie, au-delà de la garantie UV, à cause de leurs vastes applications et utilisations. Même si le fil Polypower SS9 est de très bonne qualité, la durée de vie de celui-ci n’est pas éternelle à cause de tous les points mentionnés auparavant. Néanmoins, les points ci-dessous vous donneront une bonne indication sur la qualité du fil avant votre achat :
    – la garantie UV (le plus gros impact sur la durée de vie du fil temporaire) ;
    – le point de rupture (souvent représentatif de la qualité des conducteurs inox/cuivre et des filaments plastique/fibres) ;
    – la conductivité (une grande partie des fils disponibles sur le marché ne peuvent pas maintenir un voltage suffisant au-delà de 1500 ms, donc vérifiez la résistance ohms/m avant l’achat).

    Charte de conductivité :
    – de 0,06 à 0,20 ohms/m = excellente conductivité
    – de 0,20 à 1,00 ohms/m = bonne conductivité
    – au-delà de 1,00 ohms/m = mauvaise conductivité

    Durée de vie moyenne d’un fil de bonne qualité (Polypower SS9) :
    – pour une clôture semi-permanente (fil enroulé entre 1 à 6 fois par an), durée de vie jusqu’à 12 ans ;
    – pour une clôture temporaire (fil enroulé quotidiennement), durée de vie jusqu’à 6 ans.
    *La fréquence d’utilisation, le type d’utilisation ainsi que le lieu peuvent changer ces données.

    La seule manière de le savoir est de s’en procurer et de les tester. Le risque financier est nul. En règle générale, vous serez fixés sur la qualité d’un fil dans les 8 premiers mois d’utilisation.

    Informations pratiques d’utilisation :
    Moins vous faites de nœuds sur les fils temporaires, mieux c’est. Comme décrit plus haut, les conducteurs ainsi que les brins en plastique sont petits. Un nœud applique un point d’arcage au niveau du raccordement, ainsi le haut voltage des électrificateurs brûle les filaments en plastique et les conducteurs. Cela mènera tôt ou tard à une baisse de conductivité ou à un court-circuit total. Evidemment, il y a peu de chances que vous ayez le raccord dans la poche lorsque vous êtes dans votre champ et que votre fil casse. Vous pouvez éventuellement brûler le plastique, mais ce n’est pas forcément simple non plus. Donc si vous faites des nœuds, serrez-les le plus fort possible afin d’éviter au maximum l’effet d’arcage.

    Cet article vous a-t-il aidé ?

    Cliquez sur une étoile pour noter !

    Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes : 11

    Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à évaluer cet article.

    Cet article vous a-t-il aidé ?

    Cliquez sur une étoile pour noter !

    Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes : 11

    Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à évaluer cet article.

    Joey BAILEYhttps://paturevision.fr
    Service technique PâtureVision.

    REDACTEUR

    Joey BAILEYhttps://paturevision.fr
    Service technique PâtureVision.