PLUS

    Comment intensifier son système de pâturage avec des terres très hétérogènes ? l’exemple de Gabriel dans la vallée de la Loue dans le Doubs

    Inondation du 15 juillet 2021 et VL qui rentre des paddocks pour la traite du soir

    Gabriel Defrasne et Nicolas Bole sont producteurs de lait pour l’AOP Morbier à Montgesoye, dans le Doubs. Depuis le passage au pâturage tournant dynamique il y a quatre ans, le système d’élevage est monte en puissance avec plus d’animaux sur les prairies, sans augmenter les charges d’alimentation ni de mécanisation qui étaient déjà restreintes.

    • 2 associés en Gaec
    • production de lait en AOP Morbier (lait cru) : 360 000 kg lait
    • 165 ha : uniquement prairies naturelles dont 60 ha de parcours et quelques hectares de céréales autoconsommées
    • 55 Montbéliardes
    • Croisement d’une partie du troupeau en Angus et engraissement des femelles à 30 à 36 mois

    Dans la vallée de la Loue, avec le siège de l’exploitation à 320 m d’altitude, l’élevage de Gabriel Defrasne valorise des terres très hétérogènes, avec beaucoup de parcelles sérieusement escarpées (anciens côteaux de vignoble) et donc difficilement mécanisables. Le système d’élevage a donc toujours été organisé pour une valorisation maximale par le pâturage des montbéliardes.

    « On préfère éviter d’y aller, et que ce soit les animaux qui fassent le boulot. Une bonne partie – 60 hectares – est même constituée de parcours » présente Gabriel Defrasne. Ces parcours sont valorisés par les génisses en pâturage uniquement. Sur l’ensemble des surfaces de prairies, le chargement est aujourd’hui entre 0,7 et 0,8 UGB/ha.« Il était avant de 0,6. Avec le pâturage tournant dynamique, nous avons pu augmenter le chargement » raconte Gabriel.

    « Avant, avec 165 ha pour produire 360 000 kilos de lait, on avait 120 à 130 animaux soit 90 UGB. Aujourd’hui on a plus de 200 têtes, et on va monter encore les effectifs. Et nous sommes excédentaires en foin, alors qu’avant on était limités par le manque de stocks. »

    En cette année 2021, favorable pour les systèmes herbagers, il arrive au cinquième tour pour les laitières fin juillet, et elles ne sont pas passées au pâturage de regains (ce qui est d’habitude pratiqué dans l’été).

    « On a de l’herbe pour finir l’été, et on avait commencé à détacher le 22 février. Dès le 22 mars, les laitières pâturaient jour et nuit. » Quand en mai il y a des jours et des jours de forte pluie, il a pu éviter de rentrer et complémenter les vaches. Mais les inondations de certaines parcelles continuent cependant en juillet de bien perturber le travail.

    « On était déjà dans l’optique de rechercher l’efficacité de la ration de base et d’être très économe en concentrés. On distribue maintenant moins de 1200 kg par vache et par an, quand le cahier des charges Morbier exige de ne pas dépasser 1800 kg » explique aussi Gabriel. La complémentation varie entre 50 et 100 g de concentré par kilo de lait en période de pâturage. « On a aussi baissé l’âge au premier vêlage. Maintenant toutes les génisses vêlent à 24 mois. »

    C’est en janvier 2017 qu’une formation de Pâturesens a décidé Gabriel à se lancer dans le pâturage tournant dynamique. Il a été mis en place dans la foulée : des paddocks journaliers ont été dessinés pour les vaches laitières : un bloc de 27 ha en paddocks de 80 ares pour deux repas (soit 24 heures). Auparavant, Gabriel a appliqué différentes techniques de gestion du pâturage et il a toujours mesuré les hauteurs d’herbe avec plus ou moins de précision. « On a un nouvel herbomètre. Maintenant, on entre à 3 000 kgMS/ha et on essa...

    Cet article vous a-t-il aidé ?

    Cliquez sur une étoile pour noter !

    Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

    Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à évaluer cet article.

    Avatar
    PâtureVision PâtureSenshttps://paturevision.fr
    Mieux informer, Mieux Pâturer !

    REDACTEUR

    Avatar
    PâtureVision PâtureSenshttps://paturevision.fr
    Mieux informer, Mieux Pâturer !

    Découvrez notre E-Boutique

    Ceci n'est que 40% de l'article !


    Pour lire gratuitement l'intégralité des articles sur je-pâture, il vous suffit de vous connecter dans votre compte PâtureVision